Facebook link

église Saint Léonard, Lipnica Murowana - Obiekt - VisitMalopolska

Retour

Kościół św. Leonarda Lipnica Murowana

église Saint Léonard, Lipnica Murowana

Niski kościół, z niewielką wieżyczką, ze stromym dachem i podcieniami obiegającymi świątynię. Przy kościele kilka nagrobków, przed nim ławki i wysokie drzewo.
Lipnica Murowana, 32-724 Lipnica Murowana Région touristique: Pogórza
tel. +48 146852601
La petite église de Lipnica est l’un des monuments les plus connus de la région Małopolska. Elle a été bâtie à la fin du XVe siècle, bien que la tradition locale la lie avec l’an 1141, lorsqu’à la place d’un sanctuaire païen devait être construit justement cet édifice. La preuve de ces légendes colorées semble être ledit pilier Światowid prétendument avec l’image d’un dieu slave qui soutient de derrière l’autel principal. L’église a été inscrite sur la liste de l’UNESCO en 2003. Aujourd’hui, le petit massif de l’église sans tour s’inscrit merveilleusement dans le paysage. Elle est protégée par d’énormes arbres parmi lesquels ont subsisté d’anciens tumulus de cimetière.
L’église elle-même a survécu jusqu’à nos jours presque dans un état inchangé, en gardant une silhouette gothique archaïque. Au XVIIe siècle, elle a été seulement entourée d’arcades, tandis qu’au XIXe siècle on y a ajouté un portail de côté ouest. Les arcades ouvertes donnant tellement de charme à l’édifice à part leurs fonctions d‘origine (protéger l’embasement contre l’humidité et abriter les pèlerins), elles servaient aussi à abriter les cercueils avant de les mettre dans les tombes du cimetière près de l’église. Cet ancien cimetière fondé en 1711 aujourd’hui est aussi très pittoresque ; beaucoup de dalles funèbres précieuses du XIXème siècle s’y sont conservées. Il est difficile de ne pas s’émerveiller par l’intérieur de l’église : ascétique et plein de noblesse. De petites fenêtres éclairent modestement l’intérieur des pièces et la pénombre régnant ici favorise la contemplation. Dans un intérieur si brut et si pauvre, les polychromies ornementales et figurative recouvrent étanchement les murs et le plancher sont très impressionnantes. La plus ancienne décoration des plafonds du presbytère (fin du XVes.) et dans la nef (XVIe s.) a été réalisée grâce à des patrons : les motifs végétaux sont dans les teints verts, bruns, jaunes et bleus. Les polychromies sur les murs du presbytère datent du XVIIe siècle et dans la nef, du XVIIIe s. et présentent de différentes scènes de la vie religieuse. L’appui du chœur est aussi polychromé, sur lequel les peintures populaires illustrent les Dix Commandements. Il n’y a pas encore longtemps, l’intérieur de l’église était décoré par trois autels gothiques exceptionnellement précieux (du XVe et XVIe s.) qui toutefois ont été volés. Quand on a réussi à les retrouver, ils ont été placés dans le Musée du Diocèse de Tarnów, tandis que leurs copies les ont remplacées dans l’église. La chaire baroque peinte et avec des représentations des quatre évangélistes se distingue aussi du décor. Le plateau en pierre au milieu de la nef constitue l’entrée dans la crypte tombale (détruite par l’inondation en 1997) de Józefina et Antoni Ledóchowscy, parents de la bénite Marie Thérèse et de la Sainte Ursule. Le sanctuaire abrite aussi un orgue positif précieux - un petit instrument d’orgue ayant la forme d’une boîte, un des 7 à peine de ce type en Pologne. La petite église de Lipnica est l’ un des monuments les plus connus de la région Małopolska. Elle a été bâtie à la fin du XVe siècle, bien que la tradition locale la lie avec l’an 1141, lorsqu’à la place d’un sanctuaire païen devait être construit justement cet édifice. La preuve de ces légendes colorées semble être ledit pilier Światowid prétendument avec l’image d’un dieu slave qui soutient de derrière l’autel principal. L’église a été inscrite sur la liste de l’UNESCO en 2003. Aujourd’hui, le petit massif de l’église sans tour s’inscrit merveilleusement dans le paysage. Elle est protégée par d’énormes arbres parmi lesquels ont subsisté d’anciens tumulus de cimetière. L’église elle-même a survécu jusqu’à nos jours presque dans un état inchangé, en gardant une silhouette gothique archaïque. Au XVIIe siècle, elle a été seulement entourée d’arcades, tandis qu’au XIXe siècle on y a ajouté un portail de côté ouest. Les arcades ouvertes donnant tellement de charme à l’édifice à part leurs fonctions d‘origine (protéger l’embasement contre l’humidité et abriter les pèlerins), elles servaient aussi à abriter les cercueils avant de les mettre dans les tombes du cimetière près de l’église. Cet ancien cimetière fondé en 1711 aujourd’hui est aussi très pittoresque ; beaucoup de dalles funèbres précieuses du XIXème siècle s’y sont conservées. Il est difficile de ne pas s’émerveiller par l’intérieur de l’église : ascétique et plein de noblesse. De petites fenêtres éclairent modestement l’intérieur des pièces et la pénombre régnant ici favorise la contemplation. Dans un intérieur si brut et si pauvre, les polychromies ornementales et figurative recouvrent étanchement les murs et le plancher sont très impressionnantes. La plus ancienne décoration des plafonds du presbytère (fin du XVes.) et dans la nef (XVIe s.) a été réalisée grâce à des patrons : les motifs végétaux sont dans les teints verts, bruns, jaunes et bleus. Les polychromies sur les murs du presbytère datent du XVIIe siècle et dans la nef, du XVIIIe s. et présentent de différentes scènes de la vie religieuse. L’appui du chœur est aussi polychromé, sur lequel les peintures populaires illustrent les Dix Commandements. Il n’y a pas encore longtemps, l’intérieur de l’église était décoré par trois autels gothiques exceptionnellement précieux (du XVe et XVIe s.) qui toutefois ont été volés. Quand on a réussi à les retrouver, ils ont été placés dans le Musée du Diocèse de Tarnów, tandis que leurs copies les ont remplacées dans l’église. La chaire baroque peinte et avec des représentations des quatre évangélistes se distingue aussi du décor. Le plateau en pierre au milieu de la nef constitue l’entrée dans la crypte tombale (détruite par l’inondation en 1997) de Józefina et Antoni Ledóchowscy, parents de la bénite Marie Thérèse et de la Sainte Ursule. Le sanctuaire abrite aussi un orgue positif précieux - un petit instrument d’orgue ayant la forme d’une boîte, un des 7 à peine de ce type en Pologne.

Actifs associés